Dessins d'enfants juifs de Theresienstadt et d'Auschwitz - 1942-1945

Les détenus de Buchenwald se libèrent

 

                agrandir l'image
 

Les détenus de Buchenwald se libèrent

Réalisé à la mine, aux crayons de couleurs et à l'aquarelle. Dans le camp de Buchenwald dans lequel a été transféré le jeune Thomas Geve ce sont les détenus eux-mêmes, fortement organisés qui font prisonniers leurs bourreaux avant que l’armée américaine (dont on voit les chars sur le dessin) ne soit arrivée sur place. Thomas Geve représente cette scène historique. Ici, les S.S. ont perdu en taille, ils sont même plus petits que certains détenus. Ils n’ont plus ni leurs casquettes, ni leurs armes. Leurs bottes ont étrangement rétréci, voire disparu. Les armes des S.S. sont passées dans les mains des détenus, quelques-uns ont des armes plus rudimentaires comme des pelles. Le rapport de force s’inverse le S.S n’impressionne plus, la terreur change de camp. Est-ce pour cette raison que le S.S possède cette fois un visage ? Est-ce leur détresse, ultime trace d’humanité, qui a pu percer dans ces visages au moment de la Libération que le jeune enfant a voulu figurer ? Détresse que l’on pourrait opposer au sourire visible sur le visage de certains détenus. Ou au contraire à l’instar d’un autre enfant ayant dessiné la même scène qui explique « Pour qu’on le voit bien ce chien ! ». (L’enfant avait dessiné le visage du commandant S.S. du camp), est-ce la volonté de dénoncer, de stigmatiser, voire d’humilier à coups de crayon le bourreau, l’oppresseur vaincu ?

 

Conflit : Seconde Guerre mondiale
 
Auteur : Thomas Geve
Date : 1945
Mots clés :  détenusbourreauxchars américainsBuchenwaldcamplibération
Droits : Cette illustration est extraite de l’ouvrage « Il n’y a pas d’enfants ici » publié chez Jean-Claude Gawsewitch Editeur en 2009


 

Collections :

Ressources :