Littérature et revues enfantines de la Guerre de 14-18

Blondinette la petite héroïne de 1914, n° 404

 

                agrandir l'image
 

Blondinette la petite héroïne de 1914, n° 404

Les titres illumine l’enfance à travers la situation exposée ici par exemple dans le prénom de « Blondinette », rendu affectueux par l’emploi de l’adjectif « petite », grandi par l’hyperbole de « l’héroïne »: l’oxymore rappelle la « force du petit » et exhausse la féminité, leitmotiv favori du journal pendant la guerre, dont la présence est rappelée par la date, «1914». Le récit ne déroge pas à la règle de l’enfant abandonnée, échangée, devant faire face aux espions: le manichéisme de la situation oppose la malhonnêteté germanique à l’honnêteté française, la pusillanimité d’outre-Rhin à la grandeur d’âme de France, la force au droit.