Témoignages d'enfants de la guerre d'Espagne

accueil.jpg

 

« Enfants de la guerre » /« Niños de la guerra »

 

« ENFANTS DE LA GUERRE » est une expression lexicalisée qui ne recouvre pas la même réalité pour tous les pays, même au sein de l’Europe. Dans de nombreux pays européens occupés par les troupes allemandes durant la Seconde Guerre mondiale (France, Hollande, Norvège...), on entend généralement par « enfant de la guerre » – « war child », « krigsbarn », etc. – l’enfant né de relations entre les soldats « occupants » et les femmes des pays occupés militairement, mais aussi entre les prisonniers du IIIe Reich et les femmes allemandes.

En revanche, en Espagne, pays touché non par une occupation étrangère mais par une guerre civile (même s’il ya eu des volontaires de plus de cinquante pays et, donc, des naissances « mixtes »), l’expression « enfants de la guerre » sert à désigner, prioritairement, les enfants évacués, entre 1936 et 1939, par le gouvernement de la République désireux d’éloigner les niños des zones de combat (évacuation dans la péninsule même ou à l’étranger). L’expression s’est étendue aux enfants recueillis par des établissements franquistes de bienfaisance (cf. Auxilio social) soit parce qu’ils étaient orphelins, soit parce que leurs parents étaient en prison ou en exil. De façon de plus en plus extensive, l’expression, au final, s’applique, à tous les enfants d’Espagne confrontés aux désastres de la guerre de 1936-1939. On a même parfois recours au syntagme « les enfants de la guerre » pour caractériser la « génération littéraire et artistique espagnole » qui affleure dans les années 50 (« generación de los niños de la guerra »). À côté de ce syntagme largement englobant, on trouve des expressions lexicalisées spécifiques telles que « niños de Rusia » ou « niños de Morelia » pour se référer aux enfants espagnols envoyés en Union Soviétique ou au Mexique – deux pays qui ne reconnurent pas l’Espagne du général Franco.

Les témoignages rétrospectifs de Raquel Thiercelin-Mejías et Aurelia Freire-Moyà partent d'une « trace » du passé (un cahier, une lettre, un dessin d’enfance) qui constitue le point de départ de la remémoration.

Conflit : Guerre d'Espagne
 

Auteur : Guy Baudon, Rose Duroux, Luca Gaboardi dir.
Date : 1936-1939
Discipline: Histoire

Ressources :