L'enfant-combattant. Pratiques et représentations - Colloque

 

04- Quentin Deluermoz - Les enfants soldats de la Commune de Paris (vidéo)

La question des enfants-soldats occupe une place paradoxale dans l’historiographie : d’un côté, le thème est important dans les sources et l’immédiat après-commune; de l’autre, on constate un certain vide dans les travaux historiques récents. Le décalage invite déjà à la curiosité.

Les traces abondent en effet de la présence des enfants au feu. D’après Lissagaray, l’historien de la Commune, les enfants, de 13 à 14 ans, « se montraient aussi grands que les hommes et les femmes » pendant la semaine sanglante (p. 240). De même le capitaine Guichard, chargé d’établir le rapport sur les « enfants de la Commune », estime que le « gamin de Paris » « dépasse souvent en ardeur dans la lutte ou en férocité les plus grands criminels »… Il convient évidemment de se méfier de documents, dont on sait qu’ils disent plus des attentes ou représentations de leurs auteurs que des situations effectives. Mais ces représentations sont déjà importantes, et un élément de l’analyse.

A l’autre bout du spectre archivistique, l’historien dispose des chiffres bruts, tels que les rappellent le général Appert dans son compte-rendu de l’activité judiciaire versaillaise : 651 enfants de 7 à 16 ans ont été arrêtés ; 237 ont 16 ans, 226 15 ans – 71 %  du total - 11 ont 11 ans… Ces données confirment l’existence du sujet, mais là encore la prudence s’impose. On ne sait pas comment ces enfants ont été jugés ni pour quels faits.

Il convient donc de franchir une étape supplémentaire pour l’analyse d’un sujet qui peut paraître minoritaire (les enfants représentent 0,02 % des jugements militaires), mais qui est aussi révélateur de ce que fut la Commune et les formes de violence mobilisées de part et d’autre. Qui furent ces enfants, dans quelles organisations s’inscrivirent-ils, comment ont-ils combattu, avec quelle efficacité et quelles conséquences ? Répondre impose de recourir à d’autres types de sources et d’autres questionnements.